627 ump | CDGOrléans

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

CDGOrléans
8637 | 11.06.2011 - 08 h 09 | 0 COMMENTAIRES
Mariage : les députés du Loiret ne feront rien pour l’égalité

Étiquettes : , , , , , ,

Jeudi dernier, l’Assemblée nationale avait à débattre de la proposition de loi déposée par le groupe socialiste pour ouvrir le mariage à tous les couples.

Cette proposition de loi est d’une simplicité extrème : « Art. 143. – Le mariage peut être contracté par deux personnes de sexes différents ou de même sexe ».

Le reste de la proposition ne vise qu’à mettre le reste du code civil en conformité, du point de vue du vocabulaire, avec ce changement.

Sans revenir sur les raisons de cette réforme, qui vise à établir l’égalité des droits pour permettre à ceux et celles qui le souhaitent de protéger leur couple et leur famille, il faut rappeler que de nombreux débats ont déjà eu lieu chez nos voisins européens : Belgique, Pays-Bas, Espagne, Portugal, Suède, Norvège, Islande.

On voit bien là que l’égalité des droits n’est pas une lubie d’un groupuscule. Le parlement européen l’a d’ailleurs rappelé dans une résolution qui date de septembre 2003 – déjà 8 ans ! – et qui recommande « d’abolir toute forme de discrimination – législatives ou de facto – dont sont victimes les homosexuels, notamment en matière de droit au mariage et d’adoption d’enfants. »

Dans le Loiret, nous avons cinq députés. Grâce à des règles électorales qui ne favorisent pas la représentation de tous les citoyens et à un découpage des circonscriptions bien étudiés par la droite, les cinq députés sont tous de l’UMP.

Le site d’informations en ligne « Orléans Infos » a interrogé les cinq députés du Loiret pour leur demander leur avis sur la proposition de loi. Le résultat de cette enquête est particulièrement clair : personne ne se bat pour l’égalité.

Petit tour du Loiret… et de ses conservatismes :

Honneur à la seule femme députée du Loiret, qui ne doit cette fonction qu’au décès de celui dont elle était la suppléante : dans le Loiret l’UMP ne présente pas de femmes, symbole là-encore de son sens de l’égalité.
Marianne Dubois, députée de la 5e circonscription (Pithiviers) est claire : pour elle, c’est non ! Au moins cette position a-t-elle l’intérêt de la clarté. L’argumentaire fleure bon la fin du 20ème siècle : « Je suis contre ! Il y a déjà le PACS qui existe pour les couples homosexuels, la définition d’un mariage c’est de s’engager dans la fondation d’une famille ». Madame Dubois n’a donc jamais lu le code civil qui n’engage pas les conjoints à fonder une famille, et ignore le souhait de beaucoup de couples de même sexe de vouloir en fonder une. L’ignorance, comme base du conservatisme, du déjà vu.

Voyons quelles sont les positions de ses quatre collègues masculins.

Jean-Pierre Door, député de la 4ème circonscription (Montargis – Gien), est moins formel que sa collègue « Cela reste un sujet important qu’on ne peut pas exclure ». Ah oui… important… c’est à dire ? « Un sujet important, il faut réfléchir »… ben oui, c’est bien de réfléchir, surtout quand on fait la loi de la République… « mais actuellement ça n’est pas le moment ».
Voilà, pour le député Dorr, l’égalité attendra. Mais il fixe au moins un calendrier : « Ce sujet est un débat de société qui sera discuté lors du programme des présidentielles de 2012 ». Cette précision est importante pour deux raisons : cela nous confirme que l’UMP n’a toujours pas de programme, et cela prouve que Jean-Pierre Door suit de près l’actualité de la Marche des Fiertés parisienne et des Lesbian and Gay Pride dont le slogan est, cette année « Pour l’égalité, en 2011 je marche, en 2012 je vote ! »

Il reste trois députés. Et de ce côté-là, le manque de courage le dispute au mépris.

Le prix de la mauvaise foi revient à Olivier Carré, député de la 1ère circonscription (Orléans-sud) : « Actuellement sur le dossier de la loi de finance rectificative, je ne souhaite pas me prononcer pour le moment ». Un député « mono-tâche » donc, qui, apparemment, n’a d’avis que sur un dossier à la fois… et pour le moment, la priorité n’est pas l’égalité. Ceux qui connaissent sa grande intelligence verront sur ce sujet que sa mauvaise foi peut être aussi grande.

Que penser de l’absence d’avis du député de la 2e circonscription (Orléans-ouest), Serge Grouard ? « Je ne me prononce pas sur la question ». A quoi sert un député, s’il ne se prononce pas sur une proposition de loi ? Serge Grouard n’aurait pas d’avis sur l’ouverture du mariage à tous les couples ? Je n’en crois rien ! Le courageux député orléanais serait-il mal à l’aise ? Je ne veux pas le croire ! Je ne peux plus constater qu’une chose : l’ex-futur ministre dans un ex-futur gouvernement Borloo se résoud à l’idée d’abandonner son boulot de législateur.

Pour le dernier membre du club des cinq, Jean-Louis Bernard, député de la 3e circonscription (Orléans nord-est), l’heure de la retraite a déjà sonné. Alors qu’il a annoncé qu’il ne participerait pas aux élections de 2012, il ne répond pas plus aux interviews qu’il ne se prononce sur l’égalité. Le journaliste d’Orléans-Infos attend encore sa position.

Une députée contre, un député absent, et trois courageux qui ne se prononcent pas, l’UMP du Loiret est à la pointe du conservatisme. Mais cela ne surprend plus grand monde.

Les milliers de couples de même sexe du Loiret, les centaines d’enfants vivant dans un contexte homoparental dans notre département, savent qu’ils ne seront ni reconnus ni protégés par leurs députés.

L’égalité des droits ne passera pas par le Loiret en 2011.

En 2012, les partisans de l’égalité sauront pour qui ne pas voter !

Sources :
Proposition de loi : http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion0586.asp
Article d’Orléans Infos : http://www.orleansinfos.fr/article.php?Id=2260&nocache=1307765643

Non classé | 09.06.2011 - 05 h 22 | 0 COMMENTAIRES
Droit de la famille : l’UMP est aussi réac que la droite de 1981 !

Étiquettes : , , , ,

L’UMP, à défaut d’avoir un programme pour 2012, a rédigé une critique des propositions des socialistes (1).

Concernant la proposition socialiste d’ouvrir le mariage et l’adoption à tous les couples, on retrouve dans l’argumentaire de la droite sarkozyste la faiblesse habituelle quand elle parle des mœurs :
« Une attaque en règle contre la famille »

‎ »Le PS veut autoriser le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels !

Oui, le droit de mener une vie familiale s’applique à tous, quelle que soit son orientation sexuelle, mais cela n’implique pas le mariage ! Le PS veut le mariage homosexuel au nom de l’égalité, mais un couple d’un homme et d’une femme, ce n’est objectivement pas la même situation qu’un couple de 2 personnes de même sexe, il n’y a donc pas d’inégalité de situation entre les couples hétérosexuels et homosexuels ! »

C’est assez simple : deux homos, c’est pas comme deux hétéros, alors comme c’est pas pareil, on ne peut pas les comparer, et on ne peut donc pas dire qu’il y a inégalité…

C’est assez consternant, et on a du mal à croire que la droite croit vraiment en son argument. Ou alors il faut craindre qu’elle l’utilise pour tout : après tout, un homme et une femme, ça n’est pas pareil, pourquoi, alors, ne pas justifier la discrimination dont sont victimes les femmes ?

Mais surtout, cela m’a rappelé les débats du 20 décembre 1981, quand Robert Badinter et Gisèle Halimi ont proposé l’abrogation du deuxième alinéa de l’article 331 du code pénal qui réprimait « les actes impudiques et contre-nature »… (2)

Ben oui, pour la droite, l’homosexualité, c’était, en 1981, des actes impudiques et contre-nature…

Ah, la nature ! Heureusement qu’elle est là, avec la religion, pour justifier la morale des conservateurs !

Voyons donc comment la droite de l’époque argumentait contre cette proposition socialiste de mettre fin à toute pénalisation de l’homosexualité.

C’est le député Jean Foyer (mort en 2008), ancien garde des sceaux, et éminent gaulliste qui était à la manœuvre. Oui, un gaulliste, pas un de ces affreux « trop à droite »… non, non, un mec bien, on vous dit.

Extraits choisis :

« Ce que vous voulez, en réalité, c’est proclamer par la loi l’abrogation d’une morale et l’instauration d’une morale différente. La morale que les socialistes récusent, ce n’est pas seulement celle de la tradition judéo-chrétienne à laquelle j’ai personnellement l’honneur d’adhérer, c’est aussi la morale laïque, ce qu’affirmaient avec force les moralistes qui, au début de la IIIe République, étaient les collaborateurs de Jules Ferry et les fondateurs de l’école publique ».

puis plus loin…

« La morale que vous voulez proclamer légalement, indépendamment de toute considération religieuse ou philosophique, présente, sur le point dont nous délibérons, le défaut d’être – je veux parler un langage qui ne blesse personne – en désaccord évident avec l’anatomie et la physiologie. Mais cela ne vous importe guère. Dans la circonstance – je vous étonnerai peut-être mais c’est ma conviction profonde – votre attitude ressemble beaucoup à celle des juges de Galilée, car la réaction psychologique est la même : vous niez la nature en niant l’existence d’actes contre-nature, et cela au nom de votre idéologie. ».

Voila, tout est dit.

L’homosexualité n’est pas conforme à la morale ; L’homosexualité est en désaccord avec l’anatomie et la physiologie. L’homosexualité est contre-nature… La droite éternelle !

Et pourtant, dans son introduction, Gisèle Halimi avait brillamment expliqué ce qui fonde l’égalité des droits : « Il n’est pas possible, me semble-t-il, de prévoir des solutions différentes pour les hétérosexuels et les homosexuels, car cette discrimination repose en vérité, qu’on le dissimule ou non sous des arguments politiques ou de droit constitutionnel, sur un jugement moral implicite ou explicite : l’homosexualité est l’anormalité. »

Nous étions en 1981.

A relire l’argumentaire de 2011 contre la proposition socialiste, on s’aperçoit que la droite n’a pas changé. Si elle ne parle plus de morale, elle s’en réfère toujours à la nature : les homos sont « naturellement » différent des hétéros, on peut donc les traiter différemment. Et vouloir l’égalité des droits, c’est « une attaque en règle contre la famille »… Les homos contre la famille, la droite en est toujours là !

Pour la droite de 1981, l’homosexualité était l’anormalité.

Pour la droite de 2011, rien n’a changé.

Elle justifie l’inégalité par la nature.

Elle explique la discrimination par la morale.

Y a-t’il plus archaïque que la droite française ?

Sources :
(1) Argumentaire de l’UMP :
http://statique.lemouvementpopulaire.fr/DIVERS/AF-projet-PS.pdf
(2) Débat parlementaire de 1981 : http://archives.assemblee-nationale.fr/7/cri/7-1981-1982-ordinaire1.asp